Document sans titre
Eglise catholique dans le Gard

Page Facebook Compte Tweeter Vidéos sur Vimeo Albums photos Flickr Flux RSS Contacter le service diocésain de communication

Jeudi 15 novembre 2018

Document sans titre
2 novembre : Jour de prière pour les défunts
Agrandir la photo Horaires des célébrations du 2 novembre dans tout le diocèse

La conviction que les vivants ont à prier pour les morts s’est établie dès les premiers temps du christianisme. L’idée d’une journée spéciale de prière pour les défunts dans le prolongement de la Toussaint a vu le jour dès avant le Xe siècle. Le lien ainsi établi avec la fête de tous les saints répond à une vue cohérente : le 1er novembre, les catholiques célèbrent dans l’allégresse la fête de tous les saints ; le lendemain, ils prient plus généralement pour tous ceux qui sont morts.


Mgr Robert Wattebled célèbrera la messe du 2 novembre, messe des défunts, à 9h30, à l’église Saint Eugénie, à Nîmes.

Par ce jour consacré aux défunts, l’Église signifie aussi que la mort est une réalité qu’il est nécessaire et possible d’assumer puisqu’elle est un passage à la suite du Christ ressuscité.
Dans la lumière de la Toussaint, cette journée est pour les chrétiens l’occasion d’affirmer et de vivre l’espérance en la vie éternelle donnée par la résurrection du Christ.

L’Evangile de la messe du jour de prière pour les défunts rappelle ces propos du Christ : « Amen, amen, je vous le dis : l'heure vient - et c'est maintenant - où les morts vont entendre la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l'auront entendue vivront. Comme le Père a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d'avoir la vie en lui-même ; et il lui a donné le pouvoir de prononcer le Jugement, parce qu'il est le Fils de l'homme. . » (Jean 5, 24-29)

Quand nous prions pour nos défunts

Perdre un être qui est cher, son conjoint, son enfant, son père ou sa mère, un frère ou une soeur, un proche ou un ami, constitue une épreuve redoutable. Mais si la mort apparait comme la fin de la vie, elle est aussi un passage vers la plénitude de la vraie vie, le prolongement de la vie ici-bas selon un mode complètement nouveau. Prier pour un défunt, c'est demander à Dieu qu'il puisse vivre la plénitude de la joie du ciel.
Pour cette raison, une messe ou une liturgie de funérailles est célébrée à l'église, juste avant sa mise en terre ou son incinération. 

Prier pour ceux que nous avons aimés fait partie de notre foi, mais il ne faut pas oublier qu'on peut aussi demander à nos chers défunts de prier pour nous. De prier et de s'associer aux difficultés de notre vie et le jour venu, de nous aider à faire, à notre tour, le grand passage.
Vivre dans la mémoire de nos disparus ne doit pas être considéré comme mortifere et déprimant ...
C'est au contraire un vrai témoignage de foi dans la résurrection et la vie éternelle ....

 Dans le diocèse de Nîmes, l’Œuvre Notre Dame du Suffrage permet de demander la célébration de messes pour les défunts recommandés par leurs familles et pour tous les autres défunts, notamment ceux pour qui personne ne prie.

«Pour tous ceux qui croient en toi, Seigneur, la vie n’est pas détruite, elle est transformée; et lorsque prend fin leur séjour sur la terre, ils ont déjà une demeure éternelle dans les cieux.»  Missel romain, Préface des défunts, 1.

Service diocésain de la communication 




Tweeter