Document sans titre
Eglise catholique dans le Gard

Page Facebook Compte Tweeter Compte Google+ Vidéos sur Vimeo Albums photos Flickr Flux RSS Contacter le service diocésain de communication
Document sans titre
Sanctuaire Notre-Dame de Grâce : La chapelle des Maristes et la collection d’ex-voto restaurées
Agrandir la photo

Samedi 28 avril 2018, Mgr Robert Wattebled inaugurait le nouvel espace dédié à la collection des ex voto après la restauration des lieux et celle des œuvres classées au titre des Monuments historiques depuis 1965, le tout pour un budget de 980.000 euros auquel la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) a participé à hauteur de 36%. Le reste demeurant à la charge du diocèse, celui-ci appelle les fidèles et les visiteurs à contribuer au soutien d’une réalisation exceptionnelle par sa nature, par le biais d’une souscription se déclinant sur différents supports et permettant aux généreux donateurs de bénéficier d’une déduction fiscale de 66% sur le montant de leur participation.

Une mémoire vivace

Depuis le VIIIème siècle, une présence spirituelle est connue en haut de la colline de Rochefort du Gard. Depuis toujours des hommes et des femmes viennent en pèlerinage au sanctuaire dédié à Notre Dame. Ils viennent demander à la Vierge Marie une grâce. Ils viennent aussi exprimer un merci. Au XVIIème siècle, lors de la reconstruction, après les Guerres de religion, une guérison miraculeuse a eu lieu pendant la messe, au moment de l’élévation de l’hostie. L’ex voto déposé en action de grâce pour ce miracle accompli en mars 1634 sera la première offrande, prémisse d’un important héritage spirituel toujours vivace de nos jours.

Aujourd’hui, le sanctuaire Notre-Dame de Grâce compte une magnifique collection de plus de 120 tableaux, dont certains sont récents et auxquels il convient d’ajouter des objets de dévotion comme des coeurs en cristal ou encore la cape du célèbre matador Nimeño II, déposée au sanctuaire de Rochefort après son accident afin de  supplier pour sa guérison…

Les travaux de restauration

Propriétaire des lieux depuis 1846, le Diocèse de Nîmes protége et met en valeur ce patrimoine. Après un inventaire effectué en 2014, les tableaux victimes du stegobium (une larve) ont été restaurés. Tout comme l’ancienne chapelle des Maristes, au nord du sanctuaire, qui accueille la collection depuis la fin des années 1960. L’architecte de l’agence Échelle 1, Gabrielle Welisch, a ainsi repensé le lieu en créant une salle d’interprétation dans l’entrée munie d’écrans, distincte de la salle d’exposition elle-même. Elle a également restitué les volumes originels de la pièce. Ce qui a eu pour effet d’améliorer la luminosité de la nef de l’église, où les plus grands ex-voto sont accrochés.
Par ailleurs, les toitures de l’église et sa façade ont également été reprises durant les travaux, qui ont duré de septembre 2016 à juin 2017.
Dans la salle d’exposition, on retrouve une profusion d’ex-voto de divers formats. Un effet voulu pour retrouver la configuration originelle.
Une grande vitrine trône également dans la salle, avec les autres objets faisant office d’ex-voto.

 Vidéo du discours de Mgr Robert Wattebled

 Album photo de l'inauguration

 Soutenir la restauration du Sanctuaire

 Vers le site internet du Sanctuaire

 

 




Tweeter