Document sans titre
Eglise catholique dans le Gard

Page Facebook Compte Tweeter Compte Google+ Vidéos sur Vimeo Albums photos Flickr Flux RSS Contacter le service diocésain de communication
Document sans titre
Restaurer « St Do » pourquoi faire ?
Agrandir la photo retour à l'article principal

Concrètement, le projet propose une réhabilitation et une restauration de l’édifice classé, ainsi que la mise aux normes, l’accessibilité et une amélioration dans le domaine de la transition écologique et énergétique.
Une fois les travaux terminés, l’église saint Dominique, vu sa dimension et son organisation, servira non seulement aux célébrations de la paroisse, mais également à d’autres manifestations culturelles qui intéresseront l’ensemble de la ville de Nîmes, voire du département.

 découvir l'album photos du chantier de restauration

 retrouver les photos de la pose de la première pierre (15 septembre 1963) et de l'inauguration (12 décembre 1964)

Le rez-de-chaussée permettra d’accueillir différents groupes (personnes âgées pour des activités, enfants pour l’aide au devoir, etc.) favorisant la mixité sociale que ne manquera pas également de développer pour sa part l’association Le Rocher ‘‘Oasis des cités’’.

Sur le plan culturel, le bâtiment qui abrite déjà des oeuvres d’artistes locaux et qui est inscrit aux journées du Patrimoine permettra, après les travaux de restauration (cloître, chapelle, nef et baptistère) d’être intégré au circuit touristique des visites de la ville et de son patrimoine du XXème siècle. Un guide sera proposé aux visiteurs, avec un parcours marqué par le nouvel espace dédié à Joseph Massota et à son oeuvre.

Fondamentalement, il ne s’agit pas simplement de cohabiter avec le monde de la culture ou du patrimoine. Il s’agit d’espérance. L’espérance que notre église soit toujours, à travers ces églises, ce lieu de la rencontre, de l’accueil et du dialogue. 

Réhabilitation des façades extérieures, restauration de vitraux et du baptistère, aménagements intérieurs ; •Isolation thermique, installation électrique, chauffage, plomberie ;
 Mise aux normes pour l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite ;
 Aménagement extérieur et des abords ; Les travaux de réhabilitation et de restauration frôlent au final 2,5 millions d’euros.

L’investissement exceptionnel du diocèse est à la hauteur de la pertinence pastorale et de l’enjeu pour tous du projet.

Une sauvegarde et une mise en valeur du patrimoine orientées vers le vivre ensemble et la fraternité auxquelles l’Etat, la DRAC (388.000€), la région Occitanie (85.000€), le département, la ville, le Crédit agricole et sa Fondation Pays de France (20.000€) ont apporté leur soutien ; et pour certains une aide financière.

« En ce temps où notre pays voit se développer des fractures sociales et des communautarismes de tous ordres, il n’est pas anodin que la question des églises soit un sujet fédérateur… Finalement, la façon dont nous considérons nos églises en dit long sur la façon dont nous sommes l’Église dans le monde de ce temps… »

Documents Episcopat n° 6/7 – 2017
Ces églises qui font l’Eglise




Tweeter