Document sans titre
Eglise catholique dans le Gard

Page Facebook Compte Tweeter Vidéos sur Vimeo Albums photos Flickr Flux RSS Contacter le service diocésain de communication

Dimanche 16 décembre 2018

Document sans titre
1er décembre : Prier pour la Vie et soigner les blessures...
Agrandir la photo

∎ 1ères vêpres du 1er dimanche de l’Avent

Saint Jean-Paul II en rêve déjà dans son encyclique Evangelium vitae publiée en 1995 et « Dieu sait » si le Pape François la bénit et l’encourage aujourd’hui, mais c’est Benoît XVI qui est à l’origine de cette initiative.

En 2010 il lance un appel au monde entier afin que soient organisées des Veillées de prière, au moment de l’entrée de l’Eglise, dans le Temps de l’Avent. Depuis lors, chaque année, l’entrée en Avent est marquée par cette Veillée de prière pour toute vie naissante, « pour réveiller les consciences afin que la vie humaine soit aimée, accueillie, respectée, défendue, protégée, depuis sa conception jusqu’à son terme naturel. »
Cette année, 1er décembre 2018, nous pourrons répondre pour la 9ème fois à cet appel.

→ retrouver les veillées pour la vie dans l'agenda des paroisses

∎ Les « samedis de la compassion » à Notre-Dame de Grâce
« Consolez, consolez mon peuple » Isaïe 40

Le prochain Samedi de la compassion se déroulera également le 1er décembre, à Notre-Dame de Grâce, à Rochefort du Gard. Cette initiative qui est proposée par l’association catholique « Mère de Miséricorde » est née dans la dynamique de l’Année de la Miséricorde, au moment même où l’équipe du sanctuaire décidait d’organiser un « espace compassion » dans la chapelle.
Les samedis de la consolation s’adressent « à la Maternité et à la Paternité blessées » ; qu’est-ce à dire ?
«Les samedis de la compassion ce sont d’abord une présence pour accueillir les familles (mères, pères, soeurs ou frères) particulièrement marquées par la perte d’un « enfant non né », quelle que soit la façon dont cela est arrivé,» explique Florence Sanz qui est responsable
de l’association dans le Gard. Et de poursuivre : « Le mot consolation est un mot très fort dans la Bible et dans l’Eglise qui est mère et a à coeur d’accueillir tous ses enfants qui souffrent, sans poser de jugement… La consolation, la guérison, c’est Jésus lui-même qui les apporte ! Nous, nous voulons simplement que les gens qui sont dans cette situation sachent qu’il y a une petite équipe qui les attend pour leur permettre de se poser et de se mettre en chemin vers cette consolation et cette guérison inscrites dans la Miséricorde     divine, dont nous sommes un infime relais. »


Aux samedis de la compassion, on peut venir pour soi ou pour quelqu’un que l’on sait être dans cette situation et que l’on a envie de porter dans la prière ; il est inutile de s’y inscrire.
La journée commence à 11h pour s’achever à 15. Elle débute par la célébration de la messe, suivie d’un pique-nique partagé, puis d’une marche priante : ‘‘un chemin de consolation’’, accompagné par le Père Pierre Gauzy, aumônier du sanctuaire. Noter aussi la possibilité de participer uniquement à cette marche. Pour cela, rendez-vous à 13h au pied de la colline, au bas du chemin de croix.    (Betty Delichère)

Légende photo : Devant l’entrée de la chappelle (g.dr.) : le P. Pierre Gauzy (aumônier à ND de Grâce), Marie-Pierre Marson (responsable de Mère de Miséricorde dans le diocèse d’Avignon), Florence Sans (responsable de l’association dans le Gard) et Florence Primout (engagée dans l’association et par ailleurs à l’équipe du sanctuaire).