Document sans titre
Eglise catholique dans le Gard

Page Facebook Compte Tweeter Compte Google+ Vidéos sur Vimeo Albums photos Flickr Flux RSS Contacter le service diocésain de communication
Document sans titre
Denier : 100% des ressources de l'Eglise proviennent de vos dons... Donnez maintenant !
Agrandir la photo

Moins 2.29% du montant de la collecte et moins 7.37% du nombre de donateurs, l’évolution entre les deux dernières campagnes (2017 et 2016) du Denier du diocèse n’est pas bonne et inquiète.  Publier ces chiffres n’a bien entendu pas intention à culpabiliser les uns ou les autres ; l’essentiel demeurant de participer chacun à la hauteur de ce que l'on peut (1).  Ces résultats traduisent sans doute le contexte économique local, mais aussi une double réalité : celle de communautés qui vivent de belles choses mais qui vieillissent, celle de la difficulté à rejoindre des donateurs plus jeunes, particulièrement ceux qui entrent dans le monde du travail et les familles.

Vers le don en ligne

« Aidez-nous à partager ; Aidez-nous à transmettre »

Le slogan de la campagne 2018 retenu cette fois encore en province ecclésiastique (Languedoc Roussillon) se conjugue en deux appels : le premier sur le dépliant (pain rompu), le deuxième sur l’affichage paroissial et le digital (jeunes et leur curé). Le but :  surprendre l’œil pour relancer l’appel au don.  
Peut-être parce que l’Eglise c’est être « Tous membres les uns des autres » (2) aurait-il été plus juste de dire : « Aidons-nous [les uns les autres] à partager ; Aidons-nous [les uns les autres] à transmettre » ? Dans tous les cas et au-delà du slogan de l’année, le message principal à faire passer aux catholiques qui sont « dedans », comme à ceux qui sont « dehors », c’est : 100 % des ressources de l’Église proviennent de vos dons (3) ; de votre attachement viscéral, culturel ou sociétal à celle-ci.

Sortir de la confusion

« Denier, quêtes, casuel, chantiers, diocésains, offrandes de messe », certains paroissiens se perdent déjà dans l’affectation de leurs dons. Imaginons-donc la confusion dans laquelle se trouvent face à ce « jargon », ceux qui entretiennent un lien distendu avec l’Eglise.
Parce que les temps ont changé, apprenons donc à utiliser la campagne « hors les murs » du Denier, pour parler de manière plus globale, des différents besoins de l’Eglise pour :

•annoncer l’évangile et nourrir la foi chrétienne,
•célébrer les sacrements,
•accueillir et accompagner les plus fragiles,
•partager ses valeurs et dialoguer avec la société.

Ceci ne remet en question ni les règles comptables, ni la gestion interne des différentes ressources. Encore moins les spécificités de chacune d’entre elles sur lesquelles on sera toujours amené à communiquer à diverses occasions, que ce soit en chaire, à l’accueil paroissial, ou aux grandes étapes de la vie.  « Le Denier », quant à lui, demeurant dédié à la vie des prêtres et celle des séminaristes, aux formations, ainsi qu’à la rémunération des salariés du diocèse qui à divers titres contribuent, eux aussi, à l’expression de la foi catholique dans le Gard.

Des selfies pour raconter la vie !

A une époque où la manière de s’informer se diversifie en fonction des modes de vie, des cultures et des générations, la vulgarisation du message du Denier sur le web et les réseaux sociaux est un enjeu majeur pour rajeunir et élargir le cercle des donateurs catholiques ou sympathisants. Ainsi, comme ils le font dans le domaine familial ou amical, les fidèles de tout âge sont fortement invités à utiliser leurs smartphones pour prendre sous l’angle de selfies, des photos sur ce qu’ils vivent en communauté (rencontres, kermesses, célébrations, etc.) afin de le partager sur les réseaux sociaux.
Comme le visuel de l’affiche 2018, ces photos illustreront tout au long de l’année ces instants de foi et de vie partagés, comme elles contribueront à donner une visibilité plus dynamique de l’Eglise.

Donnez au Denier maintenant !

(1) cf. « Obole de la veuve » dans l’évangile de saint Luc - 21, 2
(2) cf. 1ère Lettre de St Paul aux Corinthiens - 12
(3) Ceci indépendamment de certaines aides de l’état et des communes pour l’entretien des bâtiments construits avant 1905 (loi de séparation des églises et de l’état).

                                                                                                                                         Betty Delichère
                                                                                                                                         Service diocésain de la communication