Document sans titre
Eglise catholique dans le Gard

Page Facebook Compte Tweeter Compte Google+ Vidéos sur Vimeo Albums photos Flickr Flux RSS Contacter le service diocésain de communication

Mercredi 13 décembre 2017

Document sans titre
« Un temps de veille et d'attente »
Agrandir la photo

Le temps de l’Avent est un temps de veille et d’attente. Dans notre marche vers Noël scintille une étoile, l’étoile de l’espérance et brille une lumière qui guidera nos pas jusqu’à la crèche de Bethléem. Nous avons besoin de rallumer la lumière de l’espérance au cœur de ce monde déchiré par la guerre et la misère. Tout récemment un attentat terroriste a frappé l’Egypte. Dans une mosquée du Sinaï l’attentat islamiste a fait plus de 300 victimes, sans compter les blessés. Plus près de nous les associations humanitaires et caritatives soulignent la montée de la pauvreté chez les jeunes, les familles nono-parentales et les retraités. Nos pays européens sont aussi confrontés à l’arrivée des personnes réfugiées qui ont dû quitter leurs terres et leurs pays ravagés par la guerre et la misère. Dans les grandes villes de jeunes migrants errent dans les rues sans toit et sans protection. Depuis quelque temps des voix s’élèvent pour dénoncer les violences physiques et les situations de harcèlement touchant un nombre important de femmes. Et en plus beaucoup d’experts climatiques nous alertent sur la dégradation de l’environnement qui risque de devenir irréversible, mettant en danger certain l’avenir de notre planète.


Quel regard porter sur cette terre qui est notre maison commune ? Je pense au regard de Jésus face à Jérusalem qui ne veut pas écouter son message d’amour et de paix. Parce qu’il aime profondément ses frères de Jérusalem qui font eux-mêmes leur malheur, Jésus pleure ! «En ce temps-là, lorsque Jésus fut près de Jérusalem, voyant la ville, il pleure sur elle, en disant : si toi-aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui donne la paix ! » (St Luc ch 19,41-44). Jésus voit venir la destruction de la ville par ses ennemis : « ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas reconnu le moment où Dieu te visitait. »

Comment reconnaître aujourd’hui les passages et les visites de Dieu en nos vies et dans l’histoire des hommes ? Chaque jour le Seigneur vient à notre rencontre et il fait de la terre et de chaque être humain sa demeure. L’humanité est à jamais depuis Noël le berceau de Dieu. Il est là présent, s’offrant à nous dans la venue en notre chair d’un enfant nouveau-né, son Fils bien-aimé. Il est là présent dans tout visage humain, proche ou lointain. Dans tous ces regards que nous croisons nous pouvons contempler de nos yeux le visage de ce Dieu miséricordieux, un visage empreint de tendresse et d’amour. Les visitations de Dieu sont toujours du domaine de la gratuité et de la grâce. Il nous faut sans cesse apprendre à accueillir l’imprévu de Dieu. Car Dieu vient très souvent à nous là où nous ne l’attendons pas. Il marche vers nous sur des chemins imprévisibles et inconnus. C’est pour cela que nous avons besoin chaque année de nous préparer en vivant l’Avent. Vivre l’Avent c’est ouvrir nos yeux sur les venues de Dieu dans l’histoire humaine. Vivre l’Avent c’est marcher vers la nativité les yeux fixés sur l’étoile de l’espérance. Dans les nuits de ce monde, dans les ténèbres de nos vies et dans les moments de doute et de désespoir, une lumière scintille, la lumière de la naissance
de l’Emmanuel, le Fils unique de Dieu. Et contempler cette lumière nous donne, nous redonne espoir. Le Christ naît au milieu de nous chaque fois que des hommes prennent le chemin de la paix, chaque fois que des hommes se découvrent frères, chaque fois que des hommes se mettent au service de leurs frères souffrants et mal-aimés. Nous donnons naissance à Dieu dans tous ces gestes du quotidien chargés d’amitié et de tendresse, dans tous ces engagements où avec d’autres nous pansons les plaies de l’humanité, où nous redonnons un brin de joie et d’espérance à des frères qui marchent dans les ténèbres. Dieu nous visite en tous ces moments de fraternité, de solidarité et d’amour qu’il nous est donné de vivre.

Où cherchons-nous la présence de Dieu ? Quels chemins prenons-nous pour aller à sa rencontre ? Ouvrons les yeux : dans l’enfant de la crèche le « Très-Haut » se fait le « Très-Bas ». Dieu n’est pas en haut, loin de nous. Il est en bas, proche de nous, au milieu de nous, avec nous. En son Fils Jésus qui naît à Noël Dieu est venu à jamais à la rencontre de l’humanité. A nous de nous mettre en route pour accueillir sa présence et son visage dans tous ces berceaux où l’humanité vient au monde. Guidés par l’étoile de l’Avent sachons reconnaître tous ces moments d’humanité où Dieu nous visite. Bonne route vers Noël !

                                                                                 Père Gérard Chassang
Curé de l'ensemble paroissial Notre Dame à Alès