Document sans titre
Eglise catholique dans le Gard

Page Facebook Compte Tweeter Compte Google+ Vidéos sur Vimeo Albums photos Flickr Flux RSS Contacter le service diocésain de communication

Mercredi 20 septembre 2017

Vivre le célibat
Document sans titre

Sur 12 millions de personnes de la "catégorie administrative célibataire" (pacsés, concubins...), on estimait en 2010 à quatre millions le nombre de "vrais célibataires", en âge d'être mariés mais qui ne l'étaient pas. Un nombre croissant chaque année, parmi lequel on trouve des personnes auparavant en couple, des mères célibataires...

Pour de nombreux célibataires, hommes ou femmes, la solitude est une souffrance, surtout après 30-35 ans. La question du sens de la vie se pose souvent pour eux...

Pourtant le célibat n'est pas forcément un échec affectif, il peut même devenir un chemin de bonheur et de fécondité, qu'il soit temporaire ou définitif.

On ne vit pas bien entendu le célibat à 18 comme à 35 ans. Le premier (sauf s'il réfléchit déjà à une vocation particulière dans l'Eglise) n'a pas encore eu à choisir. Le second peut avoir l'impression que désormais, "les jeux sont faits".

Changer de regard sur sa vie

A cause de sa solitude, celui ou celle qui n'a pas choisi son célibat porte souvent un regard négatif sur sa vie. Le regard, les réflexions maladroites, quand ce ne sont pas les conseils culpabilisant de la famille, accentuent ce sentiment.
Assumer le regard des autres est donc un premier pas indispensable pour reprendre confiance et retrouver l'estime de soi : toute personne humaine n'est-elle pas unique et dotée de talents précieux, qu'elle soit mariée ou pas ?
Se libérer des fausses images de bonheur peuvent également permettre de se rendre disponible pour construire son propre bonheur. Aveuglés par leur propre manque, les célibataires ont parfois tendance à attendre d'un futur mariage ce bonheur éventuel, plutôt que de vivre et de s'épanouir dans le présent.

S'ouvrir aux autres, se donner

Et s'il était possible de vivre dès maintenant cet amour du don et d'ouverture à l'autre ?
Au plus profond du cœur humain repose cette soif d'aimer et d'être aimé. Si le mariage est une façon (magnifique, certes) de réaliser cet appel, il en existe d'autres ! L'amitié, la vie associative, la vie politique en font partie.
Un autre Amour peut aussi réconforter les croyants : celui de Dieu lui-même qui témoigne à travers la Bible de sa tendresse de Père pour chacun.

Quel est mon projet de vie ?

Il ne suffit pas de vouloir aimer ou aller vers les autres, encore faut-il savoir de quelle façon. Il ne s'agit pas de devenir « des bonnes à tout faire », mais d'écouter ses désirs, de prendre du recul, de voir ses qualités et ses compétences dans la vie professionnelle et dans la vie tout court. Des sessions, des retraites ou des rencontres personnelles, ou avec d'autres célibataires, peuvent aider à faire ce point.

« Célibats, célibataires, quelles perspectives en Eglise ? » Document Episcopat, mars 2010
à partir de Simples questions sur la vie (CEF)


Claire Lesegretain est auteur du livre « Etre ou ne pas être célibataire », (éd. Saint Paul, 1998) et animatrice de sessions pour célibataires chrétiens, désireux d'avancer sur un chemin de fécondité. ⇒ lire ou écouter...




LIENS UTILES
Solos en quête de sens : ces sessions sont proposés dans toutes la France
Pour les connaître, tapez le nom dans un moteur de recherche.
ResInfo+ Réseau d'Information des célibataires chrétiens
Theotokos.fr Site de rencontre chrétien

VOIR AUSSI
Rencontrer un prêtre
Vivre une démarche spirituelle

Déposer une offre de bénévolat
Choisir un mouvement dans la liste




Agenda du diocèseFil d'actualité
Horaires des messesParoissesAnnuaire diocésain

« Tu as du prix à mes yeux et je t'aime »

COMMENT VIVRE NOTRE SEXUALITE ?

Notre civilisation incite à vivre des aventures amoureuses et sexuelles… pour combler un manque affectif, un besoin physiologique, son bien-être physique…
L'Eglise propose aux hommes et aux femmes célibataires deux voies pour vivre harmonieusement leur sexualité dans leur état de vie.
⇒ La première est de déployer sa féminité ou sa masculinité dans les divers domaines de la vie : social, professionnel, familial, amical, etc.
⇒ La deuxième voie est celle - mal comprise - de la chasteté dans la continence. C'est à dire l'absence de relations sexuelles.
Quel en est le sens ? Dieu a mis en nous des forces vives d'amour pour lui et pour les autres (dont la pulsion sexuelle) qui se concrétisent par le désir de se donner. La continence va permettre, non d'étouffer cela, mais de canaliser toutes ces forces pour les mettre au service d'un plus grand amour : amour de Dieu, amour de son ou de sa fiancée, de son futur conjoint, de ceux qui nous entourent... elle fait également grandir le respect que l'on a pour tout être humain en général, les qualités de tendresse, de délicatesse, ce qui prépare mieux à un amour durable qu'une expérience purement sexuelle.

(Simples questions sur la vie)